Cet article est une modeste introduction à la création d’une marque de montre, un survol, je ne rentrerai pas dans tous les détails mais cela peut vous donner une idée du chemin à parcourir, des questions à vous poser et des prérequis pour créer une marque horlogère.

Le concept

Le premier pas est sans doute la création du concept de la marque, de son essence, son positionnement, sa raison d’être.
Qu’allez-vous vous apporter de nouveau ? L’innovation est primordiale mais elle n’est pas forcément technique, elle peut trouver sa source dans le design, le prix, le mode de distribution voire même la communication.
Même si vous êtes un passionné avec un concept génial, un savoir-faire fabuleux et un mode de distribution ambitieux, Il convient de définir un solide business plan.

Il y a beaucoup de marques horlogères de toutes tailles, il faut donc bien se préparer et mettre toutes les chances de son côté pour se faire une place.

La Marque

Trouver le nom de votre marque n’est pas une mince affaire. Vous pouvez utiliser votre nom propre ou choisir un nom en rapport avec votre concept.

A titre d’exemple, la marque HYT signifie Hydro Technology car la particularité des montres HYT est de présenter l’heure grâce à des fluides au lieu d’aiguilles.

HYT-TITANIUM-&-WHITE-GOLD-BLUE
HYT Titanium & white gold bue

Vous pouvez, en dernier recours, utiliser un générateur de nom d’entreprise pour trouver l’inspiration.

Swiss made ou pas swiss made ?

On parle de swissness, depuis le 1er janvier 2017. A vous de déterminer si le label est un avantage ou si vous pouvez vous en passer en fonction de votre positionnement et du marché ciblé.

Des marques comme Sevenfriday ont réussi à positionner leurs montres à 1000 € sur des poignets habitués à porter des Patek Philippe ou des Rolex sans être affublé du précieux sésame « Swiss Made » et ce grâce à leur design suisse mais équipé d’un solide mouvement japonais.

SevenFriday-watch-P2-1
SevenFriday P2-1

Le design

Une fois le concept de la marque trouvé, il faut dessiner une montre qui incarnera le concept et qui pourra se décliner en collections tout aussi pertinentes. Si la collection consiste à appliquer un PVD couleur or rose ou or jaune ou noir, le concept est un peu pauvre, n’est-ce pas ?
Vous allez avoir besoin d’un designer ou d’une société capable de designer la montre qui reflète votre concept.
Évidemment, le design se confrontera à deux points essentiels :
  • La possibilité de réaliser physiquement le dessin.
  • Le respect du positionnement-prix de la marque. Ce joli tourbillon dessiné par le designer à 6 heures sur le cadran ne correspond pas forcément à votre cahier des charges qui prévoyait un mouvement mécanique automatique dont le coût ne devait pas dépasser un certain seuil.

Le prototype

Une fois le design réalisé, il faut se mettre en quête de fournisseurs pour réaliser le prototype. En réalité, il vaut mieux d’ores et déjà être en relation avec les fournisseurs pour réaliser un design proche de la réalité et notamment des spécificités techniques des mouvements.

Inutile de dessiner une montre ultra plate si le mouvement accessible à votre positionnement-prix ne permet pas d’équiper la montre d’un tel mouvement. Idem pour le boîtier, s’il est trop compliqué à réaliser, vous ne tiendrez pas vos coûts ou sortirez de votre positionnement. il faut donc faire des choix.

La visualisation de votre montre sur un écran d’ordinateur a ses limites. La technologie nous a apporté un nouvelle outil très pratique : l’impression 3D. Elle s’avère particulièrement utile pour appréhender votre produit physiquement, le placer sur votre poignet pour l’examiner sous tous les angles.

Voici les postes principaux dont vous devrez trouver les bons fournisseurs.

Mouvement

De nombreuses sociétés produisent des mouvements. Vous n’avez que l’embarras du choix et des complications.
Quelle famille de mouvement votre positionnement vous conduit à privilégier : quartz ou mécanique ?
Quelle complications ? Chronographe ? Date ? Phases de lune ? Jour ? Calendrier perpétuel ? GMT ?
La plupart des montres entrée de gamme et même gamme moyenne luxe renferment des mouvements similaires, c’est encore plus vrai pour les montres à quartz.
Si vous vous lancez dans la haute-horlogerie, des spécialistes pourront vous proposer des mouvements ou en développeront pour vous mais cela prendra plusieurs années et vous coûtera une petite fortune.

Boîte

Quel matériau ? Acier 316L ? Or ? Céramique ? Un alliage spécial ?

Aiguilles

Quel matériau ? Aicier ? Laiton ? Titane ? Aluminium ?
Quelle finition ? Bleuissage = Oxydage noir ? Traitement galvanique ? Avec pose d’une matière luminescente ?

Cadran

Squelette laissant entrevoir le mouvement ? Ajouré ? Sur plusieurs couches ? Fumé ? Brossé soleil ? Carbone ?

Bracelet

Bracelet métal ? Cuir ? Caoutchouc ? Nato ?

Avec une boucle ardillon ?

Autres sous-traitance possibles :

  • Gravure
  • Polissage
  • Sertissage

La distribution

Pour partir à la conquête des poignets susceptibles de porter vos montres, vous devez trouver des canaux de distribution. Le premier canal peut être votre propre site internet mais il faudra faire de gros efforts d’acquisition de trafic et de notoriété pour parvenir à vendre tout votre stock. Cette solution est difficilement envisageable à moins de jouer sur la rareté, d’avoir levé des millions pour votre promotion ou de bénéficier d’un engouement incroyable de la part du public pour vos montres.
Aussi, la solution des distributeurs vous permettra, moyennant une partie de votre marge, d’atteindre plus rapidement des points de vente et éventuellement d’assurer le SAV.
Faites la tournée des salons pour trouver de bons partenaires !

La communication

Le problème est souvent le budget. Les efforts d’investissement sont conséquents lors du lancement. Il faut donc être malin, privilégier le digital et bien calculer les retours sur investissements de chaque canaux de communication.
Allez à l’essentiel, ne vous préoccupez que de vos cibles et touchez-les uniquement par le biais d’outils permettant de tracker la performance pour conserver un retour sur investissement positif.

Influenceurs

Pool & The Gang 🏊🏼‍♂️

Une publication partagée par Watch Anish (@watchanish) le

On parle beaucoup des influenceurs en ce moment mais cette galaxie regorge de faussaires qui achètent leur likes et leurs followers.
A fuir donc, à moins d’être certain d’avoir trouvé des bons, qui tiennent de préférence un site internet qui feront figurer des liens vers votre site pour vous envoyer des visiteurs et favoriser votre référencement naturel.
Vous trackerez évidemment tous vos liens pour mesurer leurs performances.
Établissez une liste d’indicateurs (KPI) qui vous permettront d’estimer l’efficacité de votre investissement (en produit ou en cash) : visites sur le site, achats en ligne via leur code promo personnalisé, gain de followers, gain en notoriété estimé (questions posées par leur communauté dans les  commentaires, appels téléphoniques entrants, leads, etc.). Tout le reste est à classer dans la catégorie « Bullshit ».

Relations presse

Les relations presse ne sont censées coûter que du temps mais vous pouvez toujours vous adjoindre les services d’une boîte de presse si vous n’avez pas la ressource en interne pour envoyer des dossiers de presse et faire du suivi.

Publicité

Essayer d’obtenir des articles dans la presse grâce à vos efforts en relations presse et envoyez du lourd en publicité sur Facebook, Instagram et Google sans oublier de recourir aux outils offerts par le digital : retargeting, CRM, etc.

Les réseaux sociaux

Faites vivre votre communauté.
Publiez des posts en rapport avec votre univers, les réseaux sociaux ne sont pas un catalogue produits.

L’après-vente

La vente n’est pas tout, il faut fournir à vos clients un service de qualité et assurer l’après-vente.

 
 
De nombreux aspects n’ont pas été évoqués ou uniquement survolés (juridique, SEO, incentives, promotion sur lieu de vente, salons, sponsoring, etc.) mais si vous souhaitez échanger sur le sujet et partager des idées, contactez-moi ! 🙂