Les montres de Nicolas Sarkozy

Les montres de Nicolas SarkozyNicolas Sarkozy aime les jolies montres mais, quelques mois après son élection à la présidence de la République, ses conseillers en communication lui ont demandé de lever le pied sur la visibilité de ses luxueuses montres, les ornements qualifiés de bling-bling n’ayant été que moyennement accueillis par les français.

Attardons-nous cependant sur la collection (connue) de montres de Nicolas Sarkozy.

Il y a tout d’abord les montres de la catégorie bling-bling avec :

  • Deux Breitling Navitimer (respectivement de 5 000 et 10 000 €).
  • Une Rolex Daytona (13 000 € pour l’édition 1998 en or blanc).
  • Une Rolex Oyster (4 000 €)
Montre Breitling Navitimer de Nicolas Sarkozy

Breitling Navitimer

Rolex Daytona or blanc de Nicolas Sarkozy

Rolex Daytona en or blanc

Rolex Oyster de Nicolas Sarkozy

Rolex Oyster

Passons ensuite aux montres moins ostentatoires avec :

  • Une Breguet Réveil du Tsar (25 000 €).
  • Une Pequignet Moorea (4 000 €).
Montre Breguet Réveil du Tsar de Nicolas Sarkozy

Breguet Réveil du Tsar

Montre Pequignet Moorea

Pequignet Moorea

Enfin, l’arrivée de Carla Bruni a inauguré la période discrète, en toute sobriété, avec une Patek Philippe 3940 Perpétuel automatique en or blanc (43 000 €) et une montre Girard-Perregaux modèle 1996 en or blanc  série limitée pourtant le numéro 28 (le jour de l’anniversaire de Nicolas Sarkozy) à équation du temps (25 000 €).

Patek Philippe 3940 de Nicolas Sarkozy

Patek Philippe 3940

Montre Girard Perregaux 1996 de Nicolas Sarkozy

Girard Perregaux modèle 1996

Créateur de Montres-Passion.fr, Serial blogueur, spécialiste en stratégie digitale officiant dans le milieu de l’horlogerie à Genève.
Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail


TAGS: , , , ,

2 Commentaires

  1. Andrei Caudray dit :

    Il me semble que la « Réveil du Tsar » lui a été offerte par Carla Bruni, peu avant leurs épousailles. Les montres suivantes sont tout aussi élégantes que la Breguet, quoique un peu plus discrètes (la Girard-Perregaux est un vrai bijou…)

Laissez un commentaire